Un orignal dans la jungle

ou comment se mettre le panache dans les bois

On est parti vers 8h00 Walter (proprio du Vista Point) et moi pour nous rendre au Parc National du volcan Tenorio.  Malheureusement, on pas pas allé voir le cratère du volcan comme tel, mais on a quand même vu de très belles choses.  Premièrement, pour s’y rendre, il faut prendre une piste à quelques centaines de mètres de l’hôtel.  J’ai jamais conduit sur un chemin mauvais comme ça de toute ma vie.  C’est une piste en gravier sauf qu’au lieu de petit cailloux comme ceux auquels je suis habitué, c’est des roches grosses comme des patates.  Après environ une heure à ce régime, on arrive à l’entrée du parc.  On est parmi les premiers (une chance parce que quand on est parti, il devait y avoir comme cinquante voitures).

Donc on regarde une petite présentation d’information (5 minutes) on paie et on entre dans le parc.  La première chose qu’on a vu, c’est la « catarata » (chute d’eau).  C’est vraiment superbe, surtout que l’est est couleur bleu ciel, parce qu’est est colorée par une substance qui sort du volcan (il est encore un peu actif).  Un peu plus tard, on est arrivé aux « borbollones ».  C’est une petite anse dans la rivière, et il y a une espèce de bouillonnement.  Ça sent très fort le soufre, et il y a une pancarte qui dit « Danger, Gaz Toxiques! »  Apparement, à l’occasion, ça se met à bouilloner plus fort, et ça tue tous les animaux qui se trouvent dans un rayon de 5 mètres.

Plus loin, on arrive à la « Laguna Azul » (lac bleu).  C’est un endroit où la rivière est plus large et c’est vraiment comme un lac bleu.  Il y avait aussi le Mirador, plateforme d’où on peut observer une vue imprenable sur le volcan.  La dernière chose qu’on a vu, c’est l’endroit où la rivière devient bleue.  Il y a un endroit, en plein milieu d’où sort le liquide bleu concentré.  C’est comme si on y mélangeait de l’encre.  (C’est d’ailleurs comme ça qu’ils appellent ça).

Ensuite, ben on est revenu à l’entrée du parc.  J’ai pris un peu d’avance sur Walter.  Pauvre lui, il a quand même 70 ans!  Très en forme, il grimpait les marches comme un chèvre!

Une fois revenus à l’hôtel, j’ai demandé à Walter si je pouvais aller me baigner dans la rivière qu’on entend en bas.  Il m’a dit d’attendre Sergio, quelqu’un qui reste à l’hôtel pour la semaine de vacances avec son fils (qui est schizophrène, ça c’est un peu spécial…)  Donc, on est allé tous les trois essayer de trouver la rivière, mais incapable de le faire, on est finalement allé se baigner à Upala dans le rio Zapote.  On s’est rafraichi un peu et on est revenus.  C’était drôle, en revenant, on était tous les deux en bedaine, les vitres ouvertes, pis l’air conditionné au boutte.  Moi j’avais chaud et j’étais bien, mais le pauvre Sergio, lui, il grelottait!  On a finalement trouvé un compromis entre les deux…

Après être revenus, je me suis couché pas tard (8h30) pour pouvoir me réveiller tôt pour aller à Caño Negro, une rivière avec pleins d’animaux.  Avant de m’endormir, j’ai été obligé de renvoyer le fils de l’autre qui me tannait pour des cigarettes ou qui voulait me dire qu’il voyait des supernovas (c’est la pleine lune qu’il voyait, mais j’ai pas eu le courage de lui dire…).

Les Commentaires sont clos.